Collectif Miriadan

Collectif Miriadan

Vos questions, leurs réponses - 2S 2018-2019

Cette page est dédiée à vos questions.

Nos amis multiversels souhaitent pouvoir vous éclairer dans votre recherche de votre Soi.

Leurs réponses sont dédiées à l'ensemble, aussi les questions plus personnelles ou sollicitant mes services sont à transmettre via mon site : Magali Magdara.

Avant de poser votre question, merci de vérifier à partir des liens ci-dessous si elle n'a pas déjà été postée.

Pour retrouver les questions de 2014 et 2015, suivez ce lien
Les questions du 1er semestre 2016 sont ici

Les questions du 2ème semestre 2016 jusqu'au mois d'octobre sont ici
La suite des questions de novembre et décembre 2016 sont ici 
Les questions du 1er semestre 2017 sont ici
Le 2ème semestre 2017 est ici
Le 1er semestre 2018 est ici

Pour plus de facilités, vous avez la possibilité de rechercher les questions par ordre alphabétique sur cette page.


40 commentaires:

  1. Bonjour Magali et Miriadan. Je ressens de plus en plus que la clé de voûte est l'acceptation de nos imperfections, que ces imperfections, si elles sont reconnues peuvent être et sont a l'origine de nos plus grandes transformations donc un formidable cadeau. Pouvez vous m'éclairer sur la notion de temps car le temps permet la manifestation ou pas ....
    Au plaisir de vous lire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Pour répondre à votre question, je vous renvoie vers l'article suivant : http://groupemiriadan.blogspot.com/2016/02/le-temps.html
      Bonne lecture !

      Supprimer
  2. Souvent une personne âgée n'a plus conscience de la "réalité",elle s'en va de plus en plus dans "son" monde et elle retourne bien souvent dans son enfance:pourquoi cette déconnection?A quoi sert cette "inconscience" de sa mission sur terre? Où en est son áme?... ☆Merci de prendre le temps de m'expliquer☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Une personne âgée de l'ancien monde retournait dans son enfance afin de préparer son passage. Progressivement, elle se connectait à ses souvenirs enfouis où se trouvaient toutes les racines de ses angoisses, regrets, remords, peurs mais aussi joie, rires et espoirs. C'était un temps de bilan, lui permettant de pacifier ce qui pouvait l'être, ou de prendre conscience de ce qui a pesé sur son chemin. Pour beaucoup, cela signifiait également souffrir à nouveau. Alors la fuite était plus confortable, d'où les absences du corps.
      Cela ne veut nullement dire que sa mission sur terre était inachevée. Qui sait quelle est la mission de l'autre ? Et que veut dire mission ? Il ne s'agit pas de sauver les autres, mais bien de ressentir à travers des expériences. Le niveau de conscience est large, et seule la personne elle-même dispose du résultat.
      Son âme est heureuse naturellement pour elle. Rappelons que vous n'êtes pas votre âme, vous en faites partie, et que vous n'êtes pas son unique enfant. L'âme est amour inconditionnel et n'attend de vous que d'être, c'est tout. Aucun jugement. Les lois des humains ne sont pas celles de l'Un, et donc de l'âme. Il n'y a aucune déception, aucune punition car il n'y a aucune attente de la part de votre âme sinon de vous laisser expérimenter comme vous le désirez l'incarnation, selon Votre chemin de vie. Pour votre âme, tout sera toujours parfait.

      Supprimer
  3. Bonjour Magali,

    Comment est-ce possible qu'une personne puisse souffrir depuis toujours, aussi loin qu'elle s'en souvienne ? Je pensais qu'on finissait toujours par plus ou moins se trouver, mais certaines personnes semblent souffrir éternellement sans trouver le chemin qui animerait leur vie et y donnerait goût. Je connais une personne qui ressent du dégoût envers les personnes (inconnues et un peu moins envers les connues), envers l'environnement où tout paraît triste, mort et sans intérêt, envers la Vie tout simplement. Cette personne perçoit son entourage ennuyante et sans ambition. Moi qui devrait être bientôt psychologue, je me demande bien comment je pourrais aider des personnes qui se trouvent dans cette situation. Il semble n'y avoir aucune solution pour elles (même si je n'y crois pas une seule seconde). J'imagine que la solution se trouve en elles. Est-ce bien elles qui se créent tous leurs blocages (énergétique, dimensionnelle, émotionnelle, relationnelle, etc.) et seulement elles ? Est-ce juste une histoire de croyances à modifier de leur part ? Est-ce l'âme qui choisit ce chemin ou est-ce que ces blocages empêchent l'âme de vivre ce qu'elle a à vivre ?

    Merci beaucoup pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. L'esprit est doué à plusieurs titres, et notamment pour retenir, transformer selon une perspective qui nous arrange. C'est le fameux verre à demi-plein ou à demi-vide.
      Une personne qui expérimente la victimisation n'aura en souvenirs que ce qui la nourrit dans cette optique. Et elle attirera à elle les personnes qui souhaitent se placer en bourreau ou en sauveur.
      Ainsi, un sauveur voudra aider, un bourreau confirmer à la victime qu'elle a raison, qu'elle est bien une victime. Mais une victime sans spectateur ou joueur ne peut être une victime aux yeux des autres, et c'est le propre du Jeu : qu'il y ait un retour pour s'en rendre compte. C'est ce jeu du miroir qui fait découvrir la solution en soi, quand être une victime, un bourreau ou un sauveur ne satisfait plus. Cela nous ramène une fois de plus à la loi de l'Un : nous avons un pouvoir illimité pour nous, mais aucun sur les autres. Ainsi, tout psychologue doit accepter à la base de ne pas savoir, de ne pas étiqueter ses patients. Car, si les rôles semblent identiques, les racines sont uniques. Et le psychologue peut être ce sauveur qui permettra à la victime ou au bourreau d'aller jusqu'au bout de son jeu pour s'en détacher finalement. Le psychologue a pour tâche de devenir transparent et de reconnaître son rôle pour ne pas s'y attacher, le jouer avec compassion et respect.
      Quant à l'âme, elle accompagne avec amour inconditionnel ses émanations et accueille toute expérience avec plaisir. Elle dispose d'une vision plus vaste où la sagesse des leçons rayonne.

      Supprimer
  4. Merci beaucoup Magali.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    Accepte ce qui est. Aime tout et tout le monde. C'est une tâche ardue. Car aimer la violence des humains, la souffrance des animaux, le plastique dans les océans... Est ce vraiment le Jeu ? Tout est permis sur Terre ? Nous sommes ici en apprentissage et sommes confrontés à nos peurs que nous réfléchissons et qui se matérialisent dans notre quotidien. Nous n'avons pas d'autres choix que de nous aimer pour renvoyer l'amour et ainsi construire un monde de paix et d'amour. Qu'en pensez-vous ?
    Merci Magalie.
    Pascale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pascale,
      oui, tout est là. Nous disposons d'un pouvoir illimité sur nous, alors nous allons dans l'abondance : abondance de projections, miroirs réfléchissant notre intériorité. Un seul but : être sans peurs, sans mésestime de soi, pour Oser Vivre.

      Nous nous sommes donnés le cadeau de nous incarner en une période où tout est possible, dans toutes les directions. Tout nous est offert pour ressentir qui nous sommes, et revenir vers notre amour pour nous. Le monde est déjà en abondance et générosité, il répond à nos besoins holistiques. A nous de le croire, d'avoir foi en nous.

      Supprimer
  6. Bonjour et bonne année Magali! Un grand merci au collectif Miriadan pour leurs messages.
    Je me permets de revenir sur le sujet de la colère.
    C.est une émotion que j'ai plusieurs fois expérimenté et j'ai pris conscience que je vivais cela lorsque j'éprouvais un manque de soutien.Je travaille donc sur ce besoin, je pense en avoir découvert l'origine...
    Cependant, ma colère envers deux personnes de ma famille me semble légitime- même si je conscientise la face cachée de cette dernière, même si le pardon est nécessaire pour avancer et évoluer etc..- je ne peux m'empêcher de ressasser, ils m'ont profondément peinée et je ne me sens pas capable de leur pardonner. Je me dis que je dois rompre les liens. Une colère peut-être elle légitime?
    Merci beaucoup de m'éclairer.
    Elise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour et meilleurs vœux également Elise !

      Toute émotion est légitime puisqu'elle provient de notre intériorité. Il n'y en a pas de bonnes et de mauvaises, elles sont justes car elle manifestent nos vérités intérieures. La colère est l'expression d'une souffrance. Tant que cette colère n'est pas reconnue comme légitime, elle ne fait que croître jusqu'à ce que nous nous mettions au pied du mur. Le Pardon n'est possible que si nous acceptons que nous sommes sous le coup d'une émotion qui a un sens profond. Les autres servent de miroir-boomerang pour que nous nous regardions, nous. Même s'ils ne sont que prétexte à cette colère, il n'empêche que nous nous sentons désavoués, mal-aimés. Nous reconnaître en victime est le premier pas pour faire exploser cette colère, non pas en face de ces personnes qui ne sont que des acteurs dans une pièce, mais dans notre intimité, là où il n'y aura personne pour nous voir et entendre. C'est la condition pour enfin se sentir libre de dire tout ce qui doit l'être, crier et pleurer sans retenue. La guérison passe par cette étape.
      Tant que l'on reste en contrôle, en se jugeant de ce qui est correct de ressentir et ce qui ne l'est pas, on reste emprisonné dans ses souffrances. Guérir demande d'oser se voir tel que l'on est, dans toutes ses facettes, et de ne plus se juger mais ressentir.

      Supprimer
  7. Merci beaucoup Magali pour ta réponse.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Magali Miriadan , je m'inquiete car j'ai un chiffre que je vois tous les jours au moin une 15 ene de fois c'est le numéro 56 , parfois je me reveille la nuit je regarde l'heure et c'est le numéro 56 , mon departement d'avant est le 56 , je le vois sur des affiches publicitaire sur des j'aime , je le vois en arrêt sur des film, des jeux , metro , bus, sur la gazinière de chez ma grand mère ,
    et donc j'aimerais savoir si vous pouviez m'aider à comprendre ce qu'il veut vraiment dire
    et j'en remercie par avance bonne fin de soirée à vous
    clémence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Clémence,
      Nous sommes entourés de chiffres dans notre société. Partout nous les voyons sans les regarder vraiment. Quand nous commençons à prendre conscience que nous sommes bien plus profonds et complexes que ce que l'on nous a appris, nous sommes mis en apprentissage par notre Être. Progressivement, nous sommes amenés à aller au-delà de l'apparence. Pour cela, nous utilisons tout ce qui se trouve autour de nous, et le plus évident est ce chiffre ou nombre à 2 ou 3 chiffres qui revient constamment. Sa signification : que tu n'es pas seule, que ce que tu vois autour de toi est le miroir de ton intériorité. C'est un signal pour te dire que tu es sur ton chemin d'éveil. Selon nos expériences, nos programmations, nous mettons en exergue certains chiffres ou nombres qui vont nous marquer, nous obliger à y réfléchir et à nous observer. Qu'est-ce qui résonne en nous : la peur, la joie, l'amusement, etc. ?
      Tous ces signes ne sont pas là pour nous dire quoi faire, ils sont là pour nous ramener à nous, nous réconforter ou nous faire ressentir ce qui est activé en nous.

      Supprimer
  9. Bonjour Magali,

    Je parle beaucoup de la création avec une personne proche (la création de notre perception, celle de notre environnement matériel, etc.).
    Selon lui, tout ce qui n'est pas l'Absolu est faux car illusoire (la chaise que nous voyons n'est qu'illusion car elle n'existe pas, par exemple). Je comprends ce qu'il veut dire par là mais est-ce réellement du "faux" ? Est-ce possible du créer du faux ?


    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour.
      Il y a une méthode très simple de vérifier si nos théories sont nos vérités. Dans le cas de votre ami, il lui suffit de s'avancer vers la chaise et de passer à travers. Il le pourra s'il en a fait sa vérité profonde. Si ce n'est pas le cas, cela montre simplement qu'il est au stade de l'intellect, d'une remise en question théorique afin d'ouvrir sa perspective. C'est le première étape.
      A partir de là, est-ce à dire que sa théorie est fausse ? Non. Elle l'est pour les personnes qui ne la partagent pas, elle reste vraie pour celles qui l'embrassent. Donc elle est Juste : elle est à la disposition de chacun pour se positionner.
      L'illusoire, le relatif est-il faux ? Même chose. Un bourgeon est-il erroné ou faux parce qu'étape avant la fleur ? Un bébé est-il brouillon falsifié en tant qu'adulte ?
      Toute création s'appuie sur nos vérités dans l'Instant Présent. Que cela soit remis en cause par la suite est dans l'ordre des choses. L'évolution demande des remises en question, l'observation et le positionnement intime.
      Si vous ne croyez pas à quelque chose, il n'existe pas puisque vous ne résonnez pas dessus. Si vous avez foi, cela se matérialise car tout est dans l'Absolu. Vous ne faites qu'une ouverture dans le magma des possibles pour y piocher votre vérité.
      Vous pouvez créer du faux si vous y croyez. Cela en devient du vrai. Et le vrai peut devenir du faux à tout moment. Quelle est votre définition du vrai et du faux ? Car tout est relatif, fonction de vos croyances.

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse qui résonne en moi.

      Supprimer
  10. Bonjour Miriadan,

    J'ai un biais intérieur concernant l'ancrage, l'argent et le travail. Mes chakras du bas ne sont pas très alignés, donc je n'arrive pas à y voir clair sur le sujet.
    Ma question : comment concilier l'échange obligatoire dans le monde financier (l'argent ne peut etre recu que contre un service), promu par le livre Love Money, Money Loves You, et l'amour inconditionnel qui ne demande rien en échange par définition. Il n'est pas possible par exemple (je crois) de mériter par une compensation la lumière du soleil ou l'air que l'on respire.

    Merci beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Qu'est-ce que l'Amour inconditionnel ? Le non-jugement, l'acceptation qu'il n'y a pas de mieux ou pire, de bon ou mauvais mais que tout participe à nous faire grandir en nous, que tout a un sens et une cohérence.
      L'Un n'a aucune préférence. Dans notre monde de dualité nous avons mis en place beaucoup d'outils pour nous aider à ressentir des plus et des moins, le bien ou mal. Le but était de faciliter les émotions telles que la haine, la colère, la jalousie, etc. La religion nous a éloigné de notre souveraineté personnelle, l'économie a creusé l'écart entre des riches et des pauvres. Il est évident que c'est grâce à ces outils que nous avons pu expérimenter la séparation, l'injustice. Et la croyance que l'amour appelle gratuité fait partie de ce lot de séparation.
      Notre définition de la gratuité en là encore orientée par notre culture. Ce n'est pas parce que nous ne donnons rien de matériel qu'il n'y a pas d'échange pour l'air que nous respirons et la lumière du soleil. Cela se fait à un autre niveau. Tout est partage, échange gagnant-gagnant. L'argent est une énergie neutre qui a sa place dans notre système d'échanges. Grâce à l'argent, il est possible de satisfaire ses besoins, ses envies alors même que nous ne disposons pas de services ou de biens que l'autre souhaite. Si vous disposez de courgettes et que vous désirez des carottes, mais que celui qui a des carottes veut des oranges, que se passe-t-il ? L'argent permet une communication gagnante-gagnante.

      Croire que la spiritualité repose sur la gratuité est encore une illusion. Il suffit pour cela d'observer les dirigeants religieux. Et là encore, nous revenons à la loi de l'Un qu'on ne peut donner que ce que nous avons. Si nous nous refusons l'abondance matérielle, nous restons en survie, nous ne nous offrons pas le confort de libérer notre énergie vers l'écoute de notre Être. L'ascétisme ne convient pas à tout le monde, et n'est pas l'unique voie de réalisation. Cela se saurait depuis le temps, n'est-ce pas ? Le Bouddha lui-même a prôné la voie du Milieu, reconnaissant que le matériel n'est aucunement une entrave vers Soi. Jésus a expliqué que l'ouverture du cœur ouvrait les portes de notre demeure, et la seule notion de pauvreté renvoie à cela, au cœur fermé. Ce ne sont pas les biens qui enferment, mais le regard que nous avons dessus. Plus nous nous aimons, plus nous nous ancrons et vice-versa. Comment s'aimer si nous manquons ?

      Enfin, l'argent peut se recevoir sans nécessairement donner un bien ou un service. Je pense que les appels aux dons en sont une preuve flagrante, ainsi que les jeux de loterie ou de hasard. Le travail en lui-même est notre moyen de nous observer. Si nous le lions à l'argent, c'est que nous sommes en survie, que nous vivons selon nos peurs. Est-ce l'argent qui crée nos peurs ou est-il un outil de prise de conscience de nos souffrances ?

      Nous avons droit à l'Abondance puisqu'elle fait partie de l'Amour. Encore faut-il que nous y croyons dans toutes nos facettes, que nous acceptions de remettre en question les vérités d'hier qui nous parlent de nous oublier et de rester à notre place pour ne pas déranger, ne pas s'exposer au regard de l'autre. Le Centre ne rejette aucun de ses pôles, il les relie sans jugement car il sait que chaque pôle sera utilisé un moment ou à un autre, en parfaite cohérence avec nos choix d'évoluer, de changer.

      Supprimer
  11. Bonjour Magali et au collectif Miriadan,
    Ma question est la suivante: que peut nous dire Miriadan sur l'utilisation du portable? C'est un outil qui a envahi nos vies, particulièrement chez nos jeunes. Quel est leur vision par rapport à cet objet omniprésent dans nos vies?

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour,
    L'impact sera le même que celui de la fourchette, du stylo, du vélo, de la voiture, des trains, de la radio, de la télévision. Qu'en faites-vous ?
    Nous baignons tous dans des ondes, au niveau cosmique, galactique et terrestre mais peu de fréquences ont été jusque-là apportées à votre connaissance.
    De même, il y a bien d'autres éléments omniprésents dans votre vie qui influent sur vos choix : la météo, vos hormones, votre digestion, les odeurs et les textures, etc.
    Rassurez vos peurs, le changement est un outil de la Vie et chacun dispose de sa souveraineté pour en faire ce qu'il désire.

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour la réponse. Belle journée à vous.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Magali et Miriadan,
    Je viens d'écouter la dernière vidéo sur les chutes énergétiques. Incarner le Céleste dans le Corps : je voudrais me sentir Légère ( maigrir) mais aller vers la nourriture est souvent pulsionnel et irraisonnable (prise de poids).Le sucré/le grignotage/ me semble vital (pour d'autres le salé/le café/la cigarette...)
    Qu'est ce qui se joue là?
    Catherine


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine,
      Je t'invite à consulter l'article où se trouve la réponse à ta question : http://www.guerisseuse-d-ame.com/index-fiche-56174.html

      Supprimer
  15. Bonsoir Magali et Miriadan, Dans la mesure ou tout n'est que réponse vibratoire, quelle légitimité a t on à s'occuper des affaires des autres? La voie ne serait elle pas plus pertinente à ouvrir les consciences par l'enseignement plutôt que la réaction?
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Comment apprenons-nous le mieux : par la théorie ou la pratique ? Nul n'est détenteur de La Vérité car il n'y a qu'une multitude de vérités, toutes justes selon l'expérience de chacun. Personne n'est dans l'erreur ou plus sage que l'autre car personne n'a la même perspective, le même ressenti. On n'enseigne pas à l'autre, on transmet sa propre expérience et l'autre en fait ce qu'il veut. Le maître est son propre élève car vouloir transmettre à l'autre revient à faire son propre bilan et observer ses ouvertures/fermetures.
      Quand nous avons envie de nous occuper des affaires des autres, c'est que nous sommes face à un miroir. Nous nous regardons, l'autre n'est qu'un prétexte. Alors, si nous avons envie "d'ouvrir les consciences" par l'enseignement ou par réaction, c'est que nous nous écoutons parler pour mieux entendre où nous en sommes, nous observons notre réaction pour mieux nous guérir.
      Nous n'avons aucun pouvoir sur l'autre, mais il est une aide précieuse pour nous renvoyer qui nous sommes. Et pour nous, nous disposons d'un pouvoir illimité pour entrer en amour de nous.

      Supprimer
  16. Bonjour Magali et Miriadan.
    "Écouter son coeur" : Est-ce se poser, fermer les yeux, visualiser L'espace au coeur de sa poitrine, poser sa question et attendre/chercher la réponse ?
    Ben...si oui , moi ça ne fonctionne pas!
    Pourquoi ?
    ☆merci☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      écouter son cœur demande de poser la question et de faire le vide, donc ne pas attendre la réponse mais bien d'accueillir ce qui vient, sans contrôle. La réponse est être un sentiment ou une émotion comme la paix, la certitude ou un oui/non timide mais clair. Ecouter son cœur est s'abandonner totalement à la réponse, quelle qu'elle soit.

      Supprimer
  17. Bonjour Magali/Miriadan.Je viens de relire ton message concernant les larmes,les pleurs...Ma soeur ,elle, ne pleure pas.Elle ne peut pas.Pourquoi?
    ☆merci☆ Catherine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine,
      Pleurer, comme tout, est un paradoxe. Pour les émotifs ou sensibles, c'est un inconvénient ; pour les personnes en recherche de contrôle, ayant peurs de leurs émotions, c'est une impossibilité car elles ont en elles de tels fleuves de larmes que si elles ouvrent les vannes, elles ont l'impression qu'elles vont s'y noyer.
      Ecouter ses émotions sans les juger et oser les exprimer est un apprentissage quotidien pour tous.

      Supprimer
  18. Bonjour,
    Est-ce qu'être dans un moment de silence et de solitude peut être considéré comme de la méditation ?
    Est-ce que la méditation est toujours paisible et y a t-il des effets secondaires désagréables ?
    Merci.
    Pascale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Pascale,
      La méditation emprunte bien des visages. A partir du moment où l'on se sent en paix, totalement disponible dans l'instant présent et en accueil sans attente, alors on peut parler de méditation. Les pensées deviennent fluides et deviennent existentielles. L'esprit s'ouvre à une perspective plus large.
      Les seuls effets secondaires désagréables que j'ai eu furent sous la forme de la peur. En accueil de soi on laisse monter nos ressentis qui peuvent être des souffrances prêtes à être pacifier et transcender. Au début, la peur surgit et ferme cet instant de méditation.
      S'il n'y a pas de paix lors d'une méditation, autant arrêter. C'est que l'on est dans une lutte interne que l'on n'a pas encore identifiée.

      Supprimer
  19. Bonjour Magali et Miriadan."Il faut manger des fruits,des légumes. Il faut méditer. Il faut retourner à la source.Il faut écouter ses sensations.Il faut écouter son coeur.Il faut donner. Il faut apprendre à recevoir...Il faut enlever ses croyances ...il faut être ceci ..il faut être cela.Il faut respirer...Je n'en peux plus des "il faut"...Là c'est le moment où il faut que je pose peut-être une question...ou pas...Quel est ce jeu?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Catherine,
      Nous sommes dans une période où les rigidités sont mises à l'honneur afin d'en prendre conscience. Une fois observées, il est plus facile de se positionner : les conserver ou les remettre en question, s'écouter pour se faire confiance. Pour pouvoir accueillir, encore faut-il avoir de la place en soi. Cela nous ramène donc au lâcher-prise.

      Supprimer
  20. Pouvez-Vous nous parler du lâcher prise?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le lâcher-prise est une grâce. Lorsque les luttes internes sont reconnues stériles, que les acceptations sous conditions s'effritent, il n'y a plus que le lâcher-prise. C'est l'étape avant l'ouverture, la prise de conscience qu'évoluer passe par la déconstruction. Toutes les forces ont été mises en oeuvre pour conserver ses repères dans l'illusion de l'accueil, chaque peur a été exprimée. Alors il y a Abandon à Soi. Le lâcher-prise est non-négociable. Il se produit après avoir ramener les scléroses liées aux souffrances issues du passé qui n'ont plus de sens aujourd'hui. C'est l'ultime acte entre le passé et l'accueil du présent, le pôle inverse du contrôle. C'est un pas vers la souplesse et la liberté.

      Supprimer
  21. Bonjour Magali, bonjour Miriadan,

    Si tout est vibration, comment passer de la vibration maladie à la vibration santé ?
    Merci,
    Elise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Elise,

      L'énergie est neutre à la base. C'est nous qui influençons ses effets selon nos croyances-vérités. La maladie est un outil qui a autant de valeur que la santé. Quel est le rôle de la maladie : attirer notre attention sur nous-mêmes, indiquer un fonctionnement qui n'a plus de sens aujourd'hui, provoquer une prise de conscience.
      Comment passer d'un pôle à un autre ? En accueillant avec autant de respect et d'amour l'un que l'autre. Alors on peut revenir au centre, qui n'est nullement la santé. Le centre est la reconnaissance que les pôles sont tout autant précieux l'un que l'autre et qu'il y a un sens dans chaque facette de soi. Acceptation, respect et amour de soi quel que soit son état permet d'évoluer plus facilement et rapidement.

      Supprimer